Aimer Jusqu’à Naître

Qui voit ce qui se passe actuellement ?

Est-ce que je le vois vraiment ?

Elancé en mes songes, mes strophes,

Quelle est mon accroche ?

Le réel, certes, mais lequel ?

Mon imaginaire se teinte d’éternel

Pour percer les mystères des querelles.

Qui boit à la Source de nos devenirs ?

Les aveugles assoiffés parlent tout le temps

Il faut se méfier de ces aimants trop bruyants.

Ils attirent les âmes sur l’évidence irréelle,

Brûlant nos ailes, détournant nos flammes

De l’éternel combustible :

Le bois dont nous sommes faits,

La voix préalable à nos faits et gestes,

Le silence, l’origine, la source de nos rimes.

Qui la voit actuellement ?

Sommes-nous libres de l’aimant ?

Nous qui parlons au-delà des vents,

Nous qui partageons l’élan du temps,

Saurons-nous aimer jusqu’à naître

Et vivre jusqu’à ne plus mourir ?

ML (2015)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s