Et Pourtant

Il y a des siècles que j’écris
Sur les parchemins de l’univers.
Je ne sais combien, comment,
Par quels travers,
Depuis la nuit des temps.
J’écris à travers toi, Soi, Nous,
Au lieu des rendez-vous
De l’âme avec sa source ;
Transparence, tendre enfance
De la nouvelle vie
Promise depuis les infinis.
A l’écoute de l’univers,
Du soleil mère de tous.

Il y a des millénaires que j’écris
Et pourtant, je demeure incomprise.
Les écrivains sont parfois les pires
Pour par l’ego détruire
Les diamants de mes saphirs.
On en vient à me maudire,
A se maudire,
La même chose qui mène au pire.
Cache toi Témoin,
Cache toi dans tes refrains
Que la plupart ennuient.

J’écris depuis toujours
A travers les âmes en paix.
J’écris ce que l’ego se plaît à raturer,
Je rature ce qu’il ajoute impunément,
S’il n’est à l’écoute des éléments.
Amours et colères se mêlent
En nos vies électriques…
Il y a des siècles, des millénaires
Et pourtant,
Ce n’est qu’à l’instant
Que je renouvelle chaque discours.
Je réécris chaque chose
A chaque instant
A travers chaque vivant.

Depuis toujours j’écris sans papier,
L’encre tâche parfois d’un manque d’humilité.
C’est sans plume que l’on doit s’envoler.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s