Les Vents de l’Eternel

La musique de l’autre monde

S’invite dans la ronde du visible

Et tresse de nouvelles fibres.

Le tissus des futurs rapiécé

Au fil de nos rêves et de nos transes.

De l’autre côté de la tombe,

J’entends les ancêtres qui appellent:

Ils chantent l’amour qui interpelle,

Ils chantent la souffrance qui rappelle,

Les dérives et les espoirs de l’espèce.

Un mirage sombre renforce les peurs,

Alors qu’il n’est en nos vies qu’un labeur:

Celui d’échapper aux pesanteurs corporelles

Et d’embrasser les vents de l’éternel.

J’ai quitté le nid de la matière

Et voyage à vue sur la lande des colères.

Dieux et diables ont pactisé pour bâtir nos prisons,

Mais les évadés nous invitent en leurs chansons.

L’Homme est un passage vers autre chose

Et la mort épice l’éther de nos proses.

Je chante l’au-delà, je vante le trépas,

Pour honorer la vie et renforcer nos esprits.

L’amour est simple, l’amour est un…

Vas-t-en démon,

Je ne suis que poussière

Et connais ta chanson éphémère.

Vas-t-en démon

Avec tes promesses de grandeur;

Tu méconnais l’infini de l’amour.

Toi, démon, tu veux nommer cela néant,

Mais ne peux lutter contre la force de mon élan.

Je veux aimer bien plus que j’en suis capable

Et les anges sauront donner des ailes à ma fable.

Publicités