Les parasites

Les parasites

C’est un fou qui parle aux arbres,

Un étrange hêtre ténébreux.

Un autre homme parle aux armes,

Apeuré à l’idée d’hêtre heureux.

Si une âme erre au naturel,

On la pense dans l’irréel.

Un grave déchire le ciel

Et on le couvre d’éternel.

La Nature est une folie,

L’Homme ne sait que raisonner :

Il l’a ainsi assujettie

Et se plaît à la consommer.

Les héros lui sont redevables

D’idéaliser son dur calvaire ;

La fin sera pourtant dommageable

Pour les parasites de la Terre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s