Printemps

Printemps

Perte de l’esprit en
Ces étranges contrées ;
La porte de la vie,
En mélanges d’idées.

La guêpe dévoile le miel
De plantes sans trésor ;
L’abeille butine le fiel
Et porte réconfort.

Les lianes se tressent en la forêt
Si voluptueuse qui noie les peurs ;
Dans un printemps fleurissent leurs effets,
Portés par de tendres vers de frayeur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s