Lettres d’Or

Lettres d’Or

Ecrire sur la Nature,

Viser les lettres de son Or ;

Se contenter de ratures

Et se jouer de son décor.

Une lourde plume

Ne peut faire éclore

Les légères brumes

Qui offrent des trésors.

Mon encre pâle s’immisce

Dans les mailles d’une toile ;

La rosée se fait complice

De ce piège d’étoiles.

Dans leur danse les araignées

Filent, s’accordent aux lueurs ;

Alors que je perds mon épée,

Cette vaine ancre de malheur.

Attaché à mes mots,

Voler à la beauté :

Ce piège de voir si haut,

Quand joue la gravité.

Pâles ombres et forts reflets

Créent le délicat dégradé ;

Ma plume ne donne qu’un fait :

Douce poésie de l’été.

Eternelle lutte des sens,

Enfin transpirer leurs dires,

Pour tendre à la clairvoyance,

Que la mère nous inspire.

La platitude des pages,

Frappante face aux reliefs

Si riches des paysages

Elancés en leurs airs de nefs.

Piège du cocon

D’être terre à terre,

Noyé dans l’horizon,

Prétends m’en défaire.

Mais un indicible poison

Tue et ruine mes espoirs

De fol insecte de raison,

Contenté de seulement voir.

Le combat semble bien vain,

Mon expression détruit

La plénitude de l’airain

Inexplicable de ces vies.



Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s