La magie mère

La magie mère

Fier esprit aux larmes fragiles,

Maigre soucis des charmes habiles ;

Une douce musique sonne en des

Airs de saisons aux teintes variées.

Trouble entêtant de l’assurance,

Peur de perdre le faible cocon

De l’esprit voué à la transe,

D’une vie pleine de moissons.

Le vin tiède d’Automne

Nous réchauffe bien le coeur,

Mais ses fruits monotones

Ne peuvent suffire au bonheur.

Un hiver dans les cœurs gèle nos horizons ;

L’éther des frayeurs scelle les passions.

Ames engourdies par le froid de leurs vies,

Soleil de l’esprit par la neige compromis.

Le rappel à l’ordre des saisons,

Quand l’esprit gèle dans le froid ;

Bientôt se fond en moissons,

Quand le soleil montre ses voies.

Un astre si profond en mon cœur

Illumine mes vers de printemps;

Tant de lumières et de couleurs

Jonchent le parcours des survivants.

Le soleil n’a de raison que chaleur,

Transportant ses chimères dans le temps;

Faisant éclore les fleurs du bonheur,

Brûlant enfin les chaînes des amants.

L’été et ses lueurs transpirent du tableau,

La fée des éclaireurs délivre enfin son eau.

La chaleur des folies se mélange aux flocons,

La candeur des envies s’étiole en prison.

Fonte du marbre des ententes contentées ;

La fente du sabre de l’amante enjouée

Perce nos cœurs de sa musique légère

Et nous berce dans la folle magie mère.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s