Dernier Recours

Nous avons atteint le point de non-retour,
Jamais plus rien ne sera comme avant.
Mon âme tremble lorsqu’elle respire les futurs,
Percevant la trame où se déploie le Temps.
Nous approchons de nouvelles contrées,
Entre mort et espoir rénové.
Pressés par les mandibules de la destruction,
Nous déployons nos entièretés en nos espaces sacrés.
L’argent et la technique au service du contrôle,
Le feu intérieur indique les chemins de liberté.
Il est temps de changer de rôle
Et de prendre goût aux vérités.
Le Bien, le Beau, et le Vrai,
L’univers exprimé en nos traits :
Des signes se meuvent sur le papier,
Des visages irradient de leur bonté.
Un détail infime réveille le sacré.
Sans lui, rien ne saurait rester.
Nous avons atteint le point de non-retour.
Il est urgent que sapiens s’ancre dans l’Amour.
A force de détours, nous prenons le chemin du Néant.
La Vie et l’Univers nous offrent le recours des survivants.

ML (2020)

Squaring the Circle

Four seasons to square the circle,
Each one in its own rhythm.

Spring is the time of birth and renewal,
Planting new seeds of ephemeral life.
On the trees, fragile flowers
Promise their juicy fruits.
Pollen spreads, life fumbles,
Ready for a new summer.

Summer, sun at the zenith.
Let’s work in its light,
Burning the shadows of confusion.
No hesitation, one must tend towards the harvest,
Letting our branches rise to the sun of consciousness
And our roots dig a path to the waters of knowledge.

Autumn comes: time for the harvest,
Time to thank the Earth and Spirit for their fruits.
Colored leaves are ready to fall.
Their mission is complete as testified by their beauty.
We get what we planted.
Was it the good seed?
The good work?
What have we learned?
What do we take away for winter?

Our leaves and our fruits
Join the humus of our thoughts and consciousness,
Ready to die and complete another circle.
In the silence of winter,
You can hear the buds of the new year singing.
They call for a rebirth:
A new step in the spiral of evolution.

ML (2019)

Merry-Go-Wrong

We are kids led by kids
On a merry-go-wrong.

Toxic waste in the seas,
In the air, in the trees,
We love joyful chemistry
And ignore all about alchemy.

We are kids led by kids
On a merry-go-wrong.

I have the biggest missile
And my country is better than yours.
I want your oil and your lands,
Cause you know that I’m stronger.

We are kids led by kids
On a merry-go-wrong.

I want all the cake and honey,
I want it all, I want it now.
I can’t wait and I can’t spare,
Not to face the void and despair.

We are kids led by kids
On a merry-go-wrong.

We consume the most we can
Until we burn in a fire of frustration.
We run and we are lost,
Fading away from a hell in creation.

We are kids led by kids
On a merry-go-wrong.

Maybe one day we’ll grow up
And embrace our genius.
We’ll find a place for each of us
And experience Love as a Truth.

We won’t be kids anymore
And we’ll smash the merry-go-wrong.

ML (2019)

Rivière Sacrée

La rivière sacrée
Coule à l’orée de nos consciences.
Fraîche et généreuse,
Elle se réserve aux adeptes de la science
Universelle et invisible.
Elle se manifeste à travers le multiple,
L’unique de chacun.
Chacun dépositaire de sa propre clé
Et de son propre chemin vers la claire pensée.
Coulante, fluide, scintillante en ses reflets,
Elle puise à la Source de toute vie :
Evidence voilée en son écume.
Que nos gouttes se mêlent en torrents
Pour forger un cours nouveau à l’Odyssée !
La rivière sacrée est un mythe réel,
La pollution de nos mers elle aussi bien réelle…
La vie meurt là où elle est née…
L’eau sacrée de la vie empoisonnée
Par nos envies futiles et démesurées.
Mettre notre rage au service du vivant :
Il en va de notre survie,
De notre vie, exister n’a pas de prix,
Mais c’est la seule chose à s’offrir avant de mourir.

ML (2019)

Maya

S’en remettre aux Dieux des surfaces
Est un acte de paresse.
Creuser en soi au plus profond
Pour laisser jaillir la Source des tendresses.
Faire le serment d’humilité
Pour accueillir le souffle des origines et des gaietés.
Aveugles à l’invisible,
Les dévots de toute sorte se coupent de la totalité.
Croire ou ne pas croire en une image, un mythe enfantin,
A quoi bon ?
Ce n’est pas la bonne question…
L’exigence de nos profondeurs n’admet pas de vaines réponses
Aux questions infinies.
Les mots mentent parce qu’ils se figent sur le papier,
Mais l’Esprit peut les éclairer de sa Beauté.
Le Bien, le Beau et le Vrai en un éclair,
Sans l’Un, les autres ne sont qu’illusion,
Tromperies des sens et de l’intellect,
Si ne domine la logique créatrice de l’âme,
La mise en perspective du réel sensible
Au sein du mirage de la maya.

ML (2019)

Sauver la Vie

Marions le cheminement intérieur
Et l’engagement collectif.
Sortons de nos tours d’ivoires,
Soyons vrais et créatifs.
L’avenir a un nom :
Le Présent,
Le don précieux de l’espèce.
Survoler l’instant,
C’est quitter la vie :
La grande Mort…
A côté d’elle la petite n’est rien,
Juste le passage des lendemains.
Nous y passerons tous,
Mais combien auront vécu avant,
Avec conscience, avec Amour ?
Sauver la vie,
De quoi parle-t-on ?
D’un confort qui engourdit les âmes ?
D’habitudes qui étouffent l’élan de vie ?
Sauver l’Etre est l’éternelle mission.
Alors partageons l’Amour, la paix, l’élan de vie.
Acceptons le présent sans condition
Pour répondre aux futurs d’un grand Oui !

ML (2019)

Richesse

En communion avec l’ombre de la fin,
Animé par la lumière des commencements.
En équilibre entre le crée et l’incréé,
Subtile danse du manifesté.
Jour après jour rejouer le mythe,
Traverser les étapes indicibles
Et transmuter nos cellules en étoiles
Issues des profondeurs de l’univers.
Reconnecter le fond à la source
Qui nous révèle à nos devoirs.
Toujours le bon moment pour rire,
Pleurer notre impuissance,
Forger notre délivrance.
En l’invisible ciseler la matière
Pour faire germer les diamants d’harmonie.
L’obsession pour l’or et ses reflets de pouvoir
Détourne les âmes de la véritable richesse.
Illusions de ces âmes de cafards
Qui pourrissent l’éphémère de leurs rêves mortifères.
Les vibrations du Réel brûlent ces âmes sombres,
A petit feu…
La Vie est liée à l’éternel
Et la mort rappelle ce qui tient de l’essentiel ou du futile.
Le futile détruit, pousse à l’hubris et dessine l’extinction.
L’essentiel construit, stimule l’humilité et le bonheur sans condition.
Vivre l’éternel pour laisser fleurir nos beautés éphémères
Ou bien détruire le réel par les coups aveugles de l’Homme pressé,
Lassé, laissant sa vanité nourrir l’inutile et bâtir sa déchéance.
Nous ne sommes pas de ce monde,
Mais décidons comment nous y incarner.

ML (2019)