Sauver la Vie

Marions le cheminement intérieur
Et l’engagement collectif.
Sortons de nos tours d’ivoires,
Soyons vrais et créatifs.
L’avenir a un nom :
Le Présent,
Le don précieux de l’espèce.
Survoler l’instant,
C’est quitter la vie :
La grande Mort…
A côté d’elle la petite n’est rien,
Juste le passage des lendemains.
Nous y passerons tous,
Mais combien auront vécu avant,
Avec conscience, avec Amour ?
Sauver la vie,
De quoi parle-t-on ?
D’un confort qui engourdit les âmes ?
D’habitudes qui étouffent l’élan de vie ?
Sauver l’Etre est l’éternelle mission.
Alors partageons l’Amour, la paix, l’élan de vie.
Acceptons le présent sans condition
Pour répondre aux futurs d’un grand Oui !

ML (2019)

Richesse

En communion avec l’ombre de la fin,
Animé par la lumière des commencements.
En équilibre entre le crée et l’incréé,
Subtile danse du manifesté.
Jour après jour rejouer le mythe,
Traverser les étapes indicibles
Et transmuter nos cellules en étoiles
Issues des profondeurs de l’univers.
Reconnecter le fond à la source
Qui nous révèle à nos devoirs.
Toujours le bon moment pour rire,
Pleurer notre impuissance,
Forger notre délivrance.
En l’invisible ciseler la matière
Pour faire germer les diamants d’harmonie.
L’obsession pour l’or et ses reflets de pouvoir
Détourne les âmes de la véritable richesse.
Illusions de ces âmes de cafards
Qui pourrissent l’éphémère de leurs rêves mortifères.
Les vibrations du Réel brûlent ces âmes sombres,
A petit feu…
La Vie est liée à l’éternel
Et la mort rappelle ce qui tient de l’essentiel ou du futile.
Le futile détruit, pousse à l’hubris et dessine l’extinction.
L’essentiel construit, stimule l’humilité et le bonheur sans condition.
Vivre l’éternel pour laisser fleurir nos beautés éphémères
Ou bien détruire le réel par les coups aveugles de l’Homme pressé,
Lassé, laissant sa vanité nourrir l’inutile et bâtir sa déchéance.
Nous ne sommes pas de ce monde,
Mais décidons comment nous y incarner.

ML (2019)

Le Choix

Prendre le maquis de la Déesse,
Alors que la folie déchire nos espaces.
Folie fratricide et destructrice,
Au seul service de l’avarice.
Tant d’impasses à l’extérieur
Et de portes à l’intérieur de Soi.
Veillons à ne pas nous tromper de combat.
Au dehors, les apparences
Mêlent amis et ennemis dans la confusion.
En nos cœurs la paix sublime les différences
Pour un même horizon.
Tous frères et sœurs sur la même planète,
Frères et sœurs de la même espèce.
A nous d’embrasser le miracle
Ou de patauger dans le Siècle.
En conscience ou par absence,
Le même Néant accueille nos détresses.
En conscience et par Amour,
La même Lumière embrase nos sagesses.

ML (2019)

Troisième Œil

Sentiers improbables, partout semblables.
Arabesques tortueuses, éclipse vertigineuse…
Chute en un ciel illuminé de rires,
Transe du réel à travers les dires.
Energie égarée par les anges déchus,
Folie partagée à la surface des vécus.
Sentiers improbables, détours ressassés.
Raison piratée par l’aimant incroyable
Des messages hystériques de la bêtise et de l’ignorance.
La peur comme diapason,
La compétition en refrain,
Voici la criminelle chanson
Des propagandes de tout teint.
Aux mains des puissants, les messages cyniques
Colportent des mensonges savants
Pour tromper les simples et diviser l’espèce.
Les faibles oppriment les plus faibles
Sous les applaudissements des puissants.
Ils attisent la haine, encouragent la rancœur,
Et désignent les cibles…
D’un ghetto à l’autre, on vit tous séparés.
Ghettos de misère ou de banalité, de colère ou de passivité.
Seuls quelques coins d’amour subsistent
Où trouver des indices sur le sens de la traversée.
A quand la fin de l’aventure ?
Le Rien pourrait-il subvenir sous nos yeux trop peu attentifs ?
Quelle responsabilité pour chacun en cas d’échec ?
Quels souvenirs emporter vers le Néant ?
Quels souvenirs pour traverser le temps ?
Dès à présent passer le pas de vie à trépas sans trépasser :
Réveil du troisième œil en un regard acéré, les yeux fermés.

ML (2019)

Les Ruelles de Secours

Toujours faire face à l’abîme,
Même au cœur des bonheurs les plus parfaits.
Se refuser au vain mime
Pour ciseler le diamant de l’altérité.
Vertige phénoménal de l’existence
Et c’est pourtant l’ennui qui transpire de l’époque.
La frénésie du toujours plus, plus haut, plus loin ;
Plus vite dans le labyrinthe.
Les murs s’écroulent et le chemin s’efface,
Bientôt ne restent que les impasses.
Les ruelles de secours
Ne s’ouvrent qu’aux âmes depuis toujours.
Par la rage, l’Amour, ou par la Grâce.
Transpercer les illusions et faire face.
Face à la mort, à l’absurde, au tragique de l’existence.
Accueillir chaque moment de bonheur volé,
Comme le don subtil de l’éternité.
Pénétrer la matière au plus profond
Pour se libérer de cette prison.
Tisser le fil entre maintenant et toujours,
Entre le Néant et l’Amour,
Entre l’abîme et les sentiers de secours.

ML (2019)

Rat Race

Now, you think the strongest should win,
As you pursue your rat race at the cost of all life.
I see you forget about the future,
You fear death and try to escape.
One childish dream following the other,
From bunkers in New Zealand to cryopreservation,
From transhumanism to futile statues,
You want eternal life, even in a rathole,
Surviving a disaster you wrote.
But you’ll die, I tell you,
And you know that I’m not scared.
I’ve got no clone, no bunker, and no shares,
But I’ve got the keys to a kingdom of peace:
Internal peace, eternal peace.
You see, I’m a friend of death,
A lover of love, I’m alive.
Look at your wealth and think of death,
Look what greed has done and think of death,
Look at your shares and think of death,
I’ll let you win the race!

ML (2019)